L'apparition des couches jetables dans les années 1970 avait été une véritable révolution pour les jeunes mamans : fini la corvée de laver les couches sales.

Alors pourquoi assistons-nous aujourd'hui à un retour en force des couches lavables ?

Premièrement, les couches lavables modernes sont bien plus confortables et pratiques que celles utilisées par nos grand-mères.
Un choix judicieux d'association de tissus, de formes et de coupes permet d'obtenir un grand confort pour bébé et une facilité d'utilisation proche des couches jetables.

Deuxièmement, avec les machines à laver modernes et surtout les sèches-linge, il ne faut que très peu de temps pour gérer le lavage des couches, avec un minimum d'organisation.

Cependant, c'est surtout la prise de conscience par toute une génération de jeunes parents des enjeux écologiques qui est ici au cœur du débat.
Il s'agit bien sur en tout premier lieu de protéger bébé en ne mettant que des matières naturelles et sans produit toxique au contact de sa peau. De récents scandales, tels que les biberon au biphénol ont fait prendre conscience aux gens que les industriels sont prêts à n'importe quoi pour augmenter leur profit, y compris à risquer la santé  des consommateurs.
Or il y aussi un doute au regard des nombreux produits chimiques que contiennent les couches jetables.
De plus, le volume de déchet généré par les couches jetables constitue un véritable enjeu en terme de protection de l'environnement.
La couche lavable permet bien sûr de réduire à presque zéro ce volume de déchet.

Ainsi, ce sont avant tout des raisons liées à la santé et à la protection de l'environnement qui conduisent aujourd'hui les jeunes mamans à faire le choix de la couche lavable.

C'est pourquoi il est tout à fait logique pour aller au bout de cette philosophie de choisir des matières naturelles et écologiques pour réaliser les couches lavables.

Malheureusement, de nombreuses couches lavables sont vendues comme étant écologiques, alors qu'elles ne le sont pas du tout.
C'est le cas des couches lavables en bambou notamment : contrairement à ce que croient encore beaucoup de gens, l'éponge de bambou n'est pas du tout écologique, car la transformation de la fibre de bambou en tissu (en viscose en fait, un produit de synthèse) nécessite l'utilisation de solvants toxiques et polluants. Voir le site internet de l'IFTH (Institut Français du Textile et de l'Habillement) :
http://www.ifth.org/innovation-textile/IFTH-pagesHTML/developpement-durable-la-verite-sur-les-idees-recues-dans-le-textile,-le-bambou-est-100-naturel.htm

De plus, les propriétés soi-disant anti-bactériennes du bambou sont liées à la présence d'ammonium quaternaire, un produit chimique. Pas sûr que le remède ne soit pas pire que le mal.

La dernière trouvaille des bandits du marketing est le Tencel, qui est lui aussi faussement vendu comme étant un tissu écologique.
Tout au plus le solvant utilisé est-il moins toxique et l'origine de la fibre de bois mieux contrôlée.

Il n'en demeure pas moins que le Tencel, comme le bambou, n'est que de la fibre de bois dissoute dans un solvant chimique, ce qui donne une viscose/rayonne dans laquelle il ne reste plus aucune trace de fibre naturelle.

A ce titre, il est trompeur de le qualifier de tissu écologique, et encore moins bio.

Le chanvre ne bénéficie pas non plus de label bio, même si sa culture nécessite naturellement peu de pesticide. Toutefois, la mauvaise odeur dégagée par le chanvre au contact de l'urine en fait un choix discutable pour les couches lavables.

Seuls le coton et le lin issus de l'agriculture biologique bénéficient à ce jour de label bio crédible.

C'est pourquoi, seules les couches lavables fabriquées avec ces matières méritent le titre de couche lavable écologique et bio.

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

biotissus@aol.com